Les accords

Au sens large, un accord est une production simultanée de notes. La tradition classique distingue intervales consonnants et dissonants:

De là sans doute vient la définition de l'accord comme juxtaposition d'au moins deux tierces. Il porte généralement le nom de la note la plus basse parmi celles qui le composent. Il peut contenir des répétitions de ces notes dans les octaves supérieures.

Un accord sera dit consonant (/dissonant) s'il contient des intervales consonants (/dissonants).

Accords de deux tierces

Accords parfaits

L'accord parfait majeur est formé de deux tierces consécutives, où la première est majeure et la deuxième, mineure. Dans les tonalités de do majeur et de la mineur antique, il existe trois accords majeurs:

Ces trois premiers accords permettent de chanter une bonne partie des chansons scoutes en gamme de do majeur.

L'accord parfait mineur comprend une tierce mineure suivi d'une tierce majeure. Dans ces mêmes tonalités, on compte trois accords mineurs:

Le sol dièse pouvant intervenir dans les gammes de la mineur, un autre accord majeur est souvent rencontré:

Note: accords majeurs et mineurs peuvent se rencontrer dans une même tonalité, que celle-ci soit majeure ou mineure.

Autres accords de deux tierces

En partant du septième degré de la gamme majeure, on trouve deux tierces mineures:

De la même manière, la gamme de la mineur harmonique étant la si do ré mi fa #sol la, un accord composé de deux tierces mineures (de quinte diminuées) peut être formé:

Note: contrairement aux apparences, fa-sol#, malgré ses trois demi-tons, n'est pas une tierce mineure, mais une seconde augmentée; fa-sol#-si et ré-fa-sol# ne sont donc pas des accords de quinte diminuée (plus de précisions).

L'intervale mi-sol# étant une tierce majeure, cela nous permet de composer un accord de deux tierces majeures:

Pour la même raison que plus haut, sol#-do n'est pas une tierce majeure, mais une quarte diminuée, les accords mi-sol#-do et sol#-do-mi ne sont pas des accords de quinte augmentée.

Accords de trois tierces

Accords de septième

Si l'on empile trois tierces en ne choisissant que des notes appartenant à la tonalité de do majeur ou de la mineur, on obtient des accords de septième. La septième est sous-entendue mineure, il faut donc spécifier quand elle est majeure.

Deux accords (majeurs) très importants, les septièmes de dominante:

...des accords (majeurs) avec une septième majeure:

...des accords mineurs avec une septième (mineure):

Un accord mineur avec une septième majeure est possible:

Accords diminués

L'accord de septième diminuée:

L'accord de quinte diminuée septième est possible (parfois appelé septième de sensible, plus souvent accord demi-diminué):

Accords de quatre tierces

Neuvièmes majeures

Trois neuvièmes majeures sur base d'accords majeurs:

Deux neuvièmes majeures sur base d'accords mineurs:

Neuvièmes mineures

Deux neuvièmes mineures:

C'est ici que cette manière de voir en accumulation de tierces révèle ses limites:

Accords renversés

Dans le cas où la note la plus basse n'est pas celle qui donne son nom à l'accord, celui-ci est dit « renversé » et la note basse est notée après l'accord:

Le renversement d'un accord peut venir d'un accompagnement avec basse alternée: do mi sol do - sol mi sol do, ou de la nécessité d'une suite chromatique de la basse, par exemple am - am/G# - Am/G - D7/F#