site sans réclame ScienceCont@ctS'abonner

Stephen Jay Gould (1941-2002), paléontologue

S

TEPHEN JAY GOULD était paléontologue. Il a développé en 1972 avec Niles Eldredge la théorie des équilibres ponctués, où les périodes de stabilité sont entrecoupées de périodes de crises, durant lesquelles la pression sélective est très grande. Ces moments d'accélération de l'évolution expliquent la rareté des chaînons manquants, l'évolution n'étant pas aussi lente et continue que la théorie classique ne le pensait.

Dans L'Éventail du vivant: le mythe du progrès, ce spécialiste de l'évolution et des écrits de Darwin insiste sur la vision non «progressiste» de l'évolution darwinienne: les mutations arrivent au hasard au fil des générations, et ce sont les nécessités extérieures qui sélectionnent les organismes les plus adaptés, mais pas nécessairement vers la complexité. Un exemple vient des parasites, qui peuvent perdre les facultés devenues inutiles et coûteuses, comme la locomotion. Nulle main invisible ne guide la vie vers un progrès inéluctable. Cette vision va à l'encontre d'un évolutionnisme mystique, qui cherche une finalité à l'évolution, censée culminer avec l'Homme, voire le Surhomme.

Contre le scientisme et le créationnisme

Stephen Jay Gould a écrit en 1981 La Malmesure de l'Homme: l'intelligence sous la toise des savants, où il énonce et dénonce les théories anthropométriques des XIXe et XXe prétendant démontrer que la «race» blanche était plus évoluée que les autres, et les hommes plus intelligents que les femmes.

Il a également témoigné en Arkansas pour la théorie de l'évolution, pour contrer l'enseignement du créationnisme dans les écoles. Il était partisan du NOMA (No Overlap MAgister – non-empiètement des magistères), qui milite en faveur d'une séparation entre science et religion. Stephen Jay Gould a défendu cette position en 1999 dans Et Dieu dit: «Que Darwin soit!».

Son éminent collègue anglais et meilleur ennemi Richard Dawkins a qualifié cette position de lâche, l'existence de Dieu pouvant, comme tout le reste, être étudié par les sciences. Un peu de nuance ne nuisant pas, on pourrait dire que toute croyance, comme tout autre phénomène social, est questionnable selon selon la démarche scientifique ; a contrario, pour pouvoir être étudié par les sciences naturelles, il faudrait a minima que Dieu soit un phénomène naturel.

Chroniques

De 1974 à 2001, Stephen Jay Gould a tenu une chronique dans le magazine Natural History, dont les pages ont été rééditées en livres. Il s'agit de sujets disparates, comme les bizarreries anatomiques chez certains animaux, qui peuvent finalement très bien se comprendre par l'œuvre de Darwin, mais aussi un combat contre le darwinisme social, explication injustifiée des inégalités sociales ou du racisme par la «théorie de l'évolution».

Citons encore Antilopes, dodos et coquillages: ultimes réflexions sur l'histoire naturelle (2008), compilation d'articles parmi les derniers volumes.

Recensions ou tables des matières développées

1977/1984 Darwin ou les énigmes de la vie

  1. La saga de Darwin: Le silence de Darwin • L'expérience de la mer ou cinq ans à la table du capitaine • L'odyssée du terme «évolution» • Un oraison funéraire prématurée
  2. L'évolution de l'homme: Une question de quantité • Les buissons et les échelles de l'évolution humaine • Le véritable père de l'homme est l'enfant [néoténie] • Les embryons humains [durée de gestation et importance du cerveau]
  3. Animaux bizarres et application de la théorie évolutionnite: L'élan d'Irlande mal nommé, mal traité, mal compris • La sagesse biologique, ou pourquoi certaines mouches mangent leur mère • Les bambous, les cigales et l'économie selon Adam Smith • Le problème de la perfection ou comment un coquillage donne naissance à un poisson
  4. Modèles et ponctuations de l'histoire de la vie: Les cinq règnes de la vie • Un héros unicellulaire que personne n'a immortalisé • L'explosion du cambrien est-elle un trucage sigmoïde? • La mort en masse
  5. Théories de la Terre: La sale petite planète du révérend Thomas • Uniformité et catastrophe • Le choc de Vélikovsky • Le succès de la dérive des continents
  6. La taille et la forme. Des églises aux cerveaux et aux planètes: La taille et la forme • L'intelligence humaine - le corps / le cerveau • Histoire du cerveau des vertébrés • Taille et surface des planètes
  7. Science et société... point de vue historique: Les héros et les fous • La posture fait l'homme • Racisme et récapitulations • Le délinquant est une erreur de la nature ou le singe qui sommeille en nous
  8. La nature humaine. Point de vue scientifique et politique:
    1. Race, sexe et violence: Les races: point de vue biologique • La non-science de la nature humaine • Arguments racistes et QI
    2. Sociobiologie: Potentialités biologiques contre déterminisme biologique • Un animal doué de bienveillance

1980/1982 Le Pouce du Panda

  1. Perfection et imperfection: Le pouce du panda • Des bizarreries porteuses d'histoire • Un doublé bien portant
  2. Darwin et Cie: Sélection naturelle et esprit humain: Darwin et Wallace • La voie moyenne de Darwin • Morte avant de naître ou le nunc dimittis d'une mite • La tentation lamarckienne • Groupe altruistes et gènes égoïstes
  3. L'évolution humaine: Un hommage biologique à Mickey [néoténie] • L'affaire de l'homme de Piltdown revue et corrigée • Un grand pas pour l'humanité • Au beau milieu de la vie...
  4. Science et politique des différences humaines: Chapeaux larges et esprits étroits • Le cerveau des femmes • Le syndrome du docteur Down [Trisomie 21] • Les failles d'un monument victorien
  5. Le rythme du changement: Le caractère épisodique du changement évolutif • Le retour du monstre prometteur • Le grand débat sur les scablands [gradualisme et catastrophisme en géologie] • Un quahog est un quahog [sur le relativisme de classification naturelle]
  6. Les débuts de la vie: Un commencement précoce • Ce vieux fou de Randolph Kirkpatrick • Le Bathybius et l'Eozoon • Pourrions-nous tenir dans la cellule d'une éponge?
  7. Humiliés et offensés: Les dinosaures étaient-ils stupides? • Le bréchet révélateur • Les étranges mariages de la nature • Plaidoyers pour les marsupiaux
  8. Taille et temps: Ces durées de vies qui nous sont imparties • L'attraction naturelle: bactéries, oiseaux et abeilles • L'immensité du temps

1983/1984 Quand les poules auront des dents

  1. Des bizarreries raisonnables: Gros poissons et menu fretin • Amorale nature • L'anneau de guano • Vies brèves et changements capricieux
  2. Personnalités: L'évêque in partibus de Titiopolis • Hutton et la finalité • Les schistes fétides d'Oeningen • Agassiz aux Galápagos • Des vers de terre pour un siècle et en toute saison • Le dossier Vavilov
  3. Adaptation et développement: La hyène: mythes et réalité • Des royaumes où la roue est inconnue • Qu'advient-il des organismes si les gènes n'agissent que pour eux-mêmes? • Quand les poules auront des dents • Des monstres prometteurs
  4. Teilhard et Piltdown: La conspiration de Piltdown • Réponse à mes détracteurs • Notre place dans la nature
  5. Science et politique: L'évolution: fait et théorie • Une visite à Dayton • Monn, Mann et Otto • La science et l'immigration juive • La politique du recensement
  6. L'extinction: La décroissance phylétique des barres Hershey • Le choc d'un astéroïde • Les richesses du hasard • Mort, où est ta victoire?
  7. Une trilogie du zèbre: Au fait, c'est quoi un zèbre? • Comment les rayures viennent aux zèbres • Quaggas, huîtres enroulées et autres faits sans consistance

1985/1988 Le sourire du flamand rose

  1. Zoonomia (et exception): Le sourire du flamand rose • Il ne lui restait plus que les ailes • Sexe et taille • Un vrai paradoxe
  2. Théorie et intuitions: Le nombril d'Adam • Noé dans les glaces • Prémisses boiteuses, sciences de qualité • Faute d'une métaphore appropriée
  3. L'importance de la taxinomie: De guêpes en guêpier • Opus 100 • L'égalité des hommes est un accident de l'histoire • La règle de cinq
  4. Les tendances et leur signification: Mort et transfiguration • La clé du mystère
  5. Politique et progrès: Le montreur de singe • Tous unis par la grande chaîne • La Vénus hottentote (voir BD) • La fille de Carrie Buck • La patrimoine de Singapour (et le matrimoniat)
  6. Darwinia: L'épaule gauche d'Hanna West et l'origine de la sélection naturelle • Darwin en mer - et enfin à bon port • Le plus court chemin pour un épi
  7. La vie et ailleurs: Le juste milieu • Esprit, es-tu là? • SETI et la sagesse de Casey Stengel
  8. Extinction et continuité: Sexe, drogue, catastrophe et extinction des dinosaures • La continuité • La danse cosmique de Siva

1993/1993 Comme les huit doigts de la main

Prologue: réflexion préliminaire
  1. L'échelle des extinctions: Un soir bien peu enchanté • La Règle d'Or: une bonne échelle pour la crise de notre environnement • La perte d'une patelle
  2. Les petites surprises de l'anatomie des vertébrés: Comme les huit doigts de la mains • Une inflexion anormale • Un coup de gueule plein les oreilles • Des paroles en l'air
  3. Vox populi: Le produit de la trente-troisième division sur l'intégrité • Darwin et Paley rencontrent la main invisible • Plus de lumière sur les feuilles • Une relecture d'Edmund Halley • La chute de la Maison Ussher
  4. Méditations: Muller Frère, déménagement et garde-meuble • Le cordonnier et l'étoile du matin • En contact avec Walcott • Comptoirs et funiculaires
  5. La nature humaine: Mozart et la modularité • La moralité à Tahiti et celle de Darwin • Dix mille actes de gentillesse • Le déclin de l'empire des grand singes
  6. Les grandes modalités de l'évolution: La roue de la fortune et le coin du progrès • Des pneus aux sandales • En défense de l'hérétique et du superflu • Le retournement d'Hallucigena
  7. La révision et l'extension du darwinisme: Du pigeon immaculé aux limites de l'esprit • Le principe du Grand Sceau • La biologie du chien et le polyèdre de Galton • Jeu du hasard et mauvaise vision
  8. Renversement de perspectives - Fragments d'un livre non écrit: Les espoirs fondés sur un bouclier - et la réalité • L'histoire de trois illustrations • Le fantassin et la victoire de l'évolution

1999/2000 Et dieu dit: «Que Darwin soit»

Seuil, 2000 (éd. or. Ballantine Books, 1999)

Le propos de Stephen Jay Gould est d'établir le Non Overlapping MAgister (non empiètement des magistères), qui prône ce point de vue assez commun que sciences et religions ne s'occupent pas des mêmes sujets: à la science de comprendre comment fonctionne la nature (l'être, selon Hume) et aux religions de trouver du sens à la vie et de vivre selon une morale (le devoir-être). Par la suite, le domaine dévolu aux religions est le plus souvent étendu au politique et aux sciences humaines.

Ne niant pas que certaines minorités particulièrement actives entendent n'accepter que les écritures saintes comme source des vérités scientifiques (avec, pour les plus littéralistes, une création en six jours de 24 heures et un âge maximal de la terre évalué à moins de dix mille ans), l'auteur insiste sur le fait qu'ils sont et restent très minoritaires, même s'il convient de combattre leurs idées. Stephen Jay Gould n'a jamais manqué de témoigner en faveur de la théorie de l'évolution, en écrivant des articles qui l'explicitent et en témoignant lors du procès contre l'État d'Arkansas, qui s'est terminé en 1987 par une ordonnance de la Cour suprême déclarant inconstitutionnelle une loi de cet État imposant l'enseignement d'une «Science de la Création» au même titre que l'évolution darwinienne, car contraire au premier amendement de la constitution qui prévoit la séparation des Églises et de l'État.

L'auteur estime en outre (en 1999!) que cette situation est typiquement américaine. Cette dernière affirmation semble venir de ses contacts avec des représentants du monde catholique et de l'acceptation récente de la théorie de l'évolution par le pape Jean-Paul II. Or nous avons vu depuis que certains fondamentalistes hollandais emboîtent le pas aux fondamentalistes américains, sans compter le très riche Abou Yaya qui inonde l'Europe de ses luxueux pamphlets anti-évolutionnistes.

Un passage particulièrement intéressant est l'explication du combat anti-évolutionniste de William Jennings Bryan, candidat démocrate aux présidentielles du début du XXe, par sa mauvaise compréhension du darwinisme, qu'il entendait comme promotion du combat sans merci heurtant son souci de solidarité et de civilisation.

Il faut aussi souligner le souci de la précision qui pousse l'auteur à retourner dans la correspondance ou revenir aux textes d'origine, afin de redresser les fausses idées sur l'histoire des sciences, ou de préciser les tenants et aboutissants du procès Scopes (1925, le "Procès du Singe").

Lectures

Charles Darwin, de l'origine d'une théorie, CNRS Le journal n° 227, décembre 2008

Gordon Golding, Le procès du singe. La Bible contre Darwin, Bruxelles, éditions Complexe, 1982, 2006