site sans réclame GNU/LinuxDebianÉcrireS'abonner

Périphériques et pilotes

E

n UNIX les périphériques sont considérés comme des fichiers, savoir où ils se situent et comment s'y connecter est souvent une nécessité pour la bonne administration d'un système.

Pour le son et l'image (webcam et télévision numérique terrestre incluses), voyez la page multimédia.

1. Montage et partitions

2. Connexions

2.1 USB
2.2 IDE-ATAPI
2.3 Serial ATA
2.4 Floppy
2.5 Port Série
2.6 Port Parallèle

3. Stockage et cartes-mémoires

3.1 Mode USB
3.2 Mode non USB

4. Pointeurs graphiques

4.1 Souris
4.2 Pavé tactile
4.3 Tablette graphique

5. Imprimantes

5.1 HP Deskjet
5.2 HP Laserjet

6. Scanner et OCR

6.1 Scanner (mode USB)
6.2 Reconnaissance de caractères

7. Carte d'identité

8. Palm pilot (pour mémoire)

8.1 Pilot en connexion série
8.2 Pilot en connexion USB
8.3 Connexion avec pilot-xfer
8.4 Connexion avec kpilot

1. Montage et partitions

Voir les deux pages concernant les partitions et leur montage.

2. Connexions

2.1 Périphériques USB

La connexion USB (Universal Serial Bus), mise au point à la fin du siècle dernier, est maintenant incontournable. Contrairement aux anciens types de connecteurs lp0, com1... le choix du connecteur du connecteur physique n'a pas d'importance, le système étant capable de repérer l'endroit et le type de périphérique connecté, même si vous disposez de plusieurs hubs en cascade.

Par ailleurs, si les périphériques de stockage USB (clés USB, appareils photos...) étaient auparavant reconnus avec les pilotes sr0, sr1... ou sg0, sg1... Ils sont actuellement reconnus comme étant des disques "scsi" et utilisent les descripteurs sda, sdb... comme des disques durs (ATAPI ou SCSI), ce qui peut produire des confusions.

Soyez donc attentifs lors du formatage d'une clé USB! Le disque de votre système sera généralement le sda, les autre périphériques sdb, sdc...

mount /dev/sdb1

suffit pour monter la clé USB dans un répertoire existant (ici /media/usbkey dans cet exemple ), alors que sans la ligne dans /etc/fstab, la commande serait:

mount -t vfat /dev/sda1 /media/usbkey

Les transferts ne se faisant pas nécessairement pas en temps réel, il faut démonter les périphériques USB de stockage pour être sûr que les fichiers soient effectivement copiés ou effacés.

Pour chercher des informations sur un périphérique USB, il suffit d'un lsusb (paquet usbutils) dans une console pour faire apparaître tous les périphériques raccordé par cette interface:

toto@Tour:~$ lsusb
Bus 004 Device 001: ID 1d6b:0002 Linux Foundation 2.0 root hub
Bus 003 Device 002: ID 03f0:4117 Hewlett-Packard Printing Support
Bus 002 Device 003: ID 046d:c00e Logitech, Inc. M-BJ58/M-BJ69 Optical Wheel Mouse
Bus 001 Device 003: ID 04a9:2220 Canon, Inc. CanoScan LIDE 25
Bus 001 Device 001: ID 1d6b:0001 Linux Foundation 1.1 root hub
  ...

nous montre qu'il y a deux hubs USB interne (l'un en version 1.1 et l'autre, plus rapide, en version 2.0), une imprimante, une souris et un scanner. Chaque périphérique a un numéro personnel de style hhhh:hhhh (chiffres hexadécimaux). En cas de problème avec l'imprimante listée (par exemple la nécessité d'un pilote), il suffit souvent de saisir son code (ici 03f0:4117) + linux dans un moteur de recherche. Deux périphériques de marques différentes utilisant la même puce auront le même numéro.

Les systèmes graphiques Gnome, et KDE montent en général d'eux-mêmes les périphériques. Cela signifie que l'introduction d'un média moderne (CDROM, la plupart des clés USB et appareils photo, certains baladeurs numériques...) provoque l'apparition d'une boîte de dialogue permettant l'ouverture d'une fenêtre, mais un hub USB sans alimentation n'a pas toujours le courant nécessaire pour le déclenchement du système lors de l'introduction du périphérique. Pour démonter un périphérique avec l'automount de KDE, remonter dans le répertoire parent de celui ouvert par l'introduction de la fiche USB, clic droit sur l'icone du périphérique et Enlever en toute sécurité (ou Libérer le périphérique). Si l'on a fermé une fenêtre par inadvertence, on peut retrouver la clé montée à l'adresse media:/ dans une fenêtre de konqueror, ou simplement dans le répertoire /media.

Pour les modems USB, voir la page dédiée.

2.2 Périphériques IDE-ATAPI

Les périphériques IDE-ATAPI sont maintenant considérés par le système comme Serial-ATA, et les anciens descripteurs hda, hdb... sont remplacés par sda, sdb...

Le mode IDE_ATAPI fait correspondre les quatres ports aux descripteurs sda, sdb, sdc, sdd, sur deux contrôleurs: le primaire («ide0») et le secondaire («ide1»).

/dev/sda Primary Master (maître au premier contrôleur)
/dev/sdb Primary Slave (esclave au premier contrôleur)
/dev/sdc Secondary Master (maître au second contrôleur)
/dev/sdd Secondary Slave (esclave au second contrôleur)

Il est possible de savoir où se trouve ces périphériques soit en ouvrant sa tour, soit en accédant au BIOS à l'ouverture de l'ordinateur, en général en appuyant sur la touche [Del] ou [Suppr]. Les flux d'un contrôleur à l'autre sont censés être les plus rapides (l'un lit et l'autre écrit): il vaut mieux éviter de mettre le disque dur et le CD/DVD sur le même contrôleur.

Le lecteur CD/DVD sera normalement reconnu comme sr0.

2.3 Périphériques Serial-ATA

/dev/sda pour le premier disque dur "scsi"
/dev/sdb pour le second disque dur "scsi"...

/dev/sr0 ou /dev/scd0 pour les CD/DVD Serial-ATA.

2.4 Disquette 3 pouces 1/2

Il faudra probablement créer le descripteur du lecteur de disquettes

# mknod /dev/fd0 b 2 0 ?

Pour automatiser le montage, il faut insérer la ligne suivante (en n'oubliant pas de créer le répertoire /floppy). auto pourrait devoir être remplacé par vfat ou msdos pour les disquettes msdos, ou ext2 pour les disquettes formatées sous Linux.

/dev/fd0       /floppy  auto  rw,user,noauto   0     0

noauto pour un montage à la demande. Il est intéressant alors de prévoir une icône (clic droit) sur le bureau et éditer.

2.5 La connexion "série" (pour mémoire)

L'antique connexion "série" RS232 a surtout été utilisée par les premières souris, anciens modems, pda et quelques imprimantes. Elle se présente sous deux aspects (DB9 et DB25):

-------------  -----------------------------
\ . . . . . /  \ . . . . . . . . . . . . . /
 \ . . . . /    \ . . . . . . . . . . . . /
  ---------      -------------------------

Malgré le nombre de connecteurs, seuls trois sont actifs. La plus petite donnée significative pour l'humain, l'octet, doit être envoyée sous forme d'une série de huit valeurs binaires, d'où le nom.

Les connexions "série" sont décrites par les descripteurs de périphérique /dev/tty0, /dev/tty1, etc. Au besoin, on les crée de cette manière:

suEn mode super-utilisateur: su [Enter] mknod /dev/tty0 c 4 0
suEn mode super-utilisateur: su [Enter] mknod /dev/tty1 c 4 1

2.6 La connexion "parallèle"

Elle servait surtout à relier imprimantes et scanners (parmi ces derniers, assez peu sont utilisables avec GNU/Linux). Les huit valeurs binaires de chaque octet sont envoyées simultanément par huit canaux, d'où le nom de connexion parallèle.

La connexion parallèle utilise une connexion DB25 (voir "connexion série de droite ci-dessus) du côté PC, et Centronic du côté imprimante.

Les connexions parallèles sont décrites par les descripteurs de périphérique /dev/lp0, /dev/lp1, etc. Au besoin, on les crée de cette manière:

suEn mode super-utilisateur: su [Enter] mknod /dev/lp0 c 6 0
suEn mode super-utilisateur: su [Enter] mknod /dev/lp1 c 6 1

3. Stockage et cartes-mémoires

3.1 Mode USB

Les clé USB fonctionnent si le système de fichiers qu'elle utilise est reconnu par le système Linux, à moins qu'il ne faille un logiciel spécifique sous Windows ou Mac.

SanDisk et le disque externe Passport DD de 500Go sont accessibles en lecture et écriture (système de fichier de type FAT)

ALL in 1 card Reader est reconnu comme une clé USB. Comme son nom l'indique, il reconnaît beaucoup de cartes-mémoires de différents types.

Un iPod a été ouvert et lu par l'automount de KDE 3.5.1, mais pas de tentative d'écriture en l'absence de logiciel de restauration de fichiers en cas de problème.

Un appareil photo en mode USB peut s'ouvrir comme une clé USB «mass storage» (peut-être faut-il le préciser en paramétrant l'appareil. Certains ne connaissent que le mode PTP, il faut alors utiliser le logiciel Gphoto2 ou le protocole gphotofs.

3.2 Appareils photos en mode non-USB

gphoto2 + gtkam

# apt-get install gphoto2 gtkam

Lancer gtkam en simple utilisateur et tenter une reconnaissance de l'appareil relié ouvert.

gphotofs

Si l'appareil est trop nouveau (le DMC-TZ6, heureusement reconnu en mode USB standard, n'est pas reconnu au 1er juin 2009 par gphoto2), on peut tenter d'utiliser le protocole gphotofs

# apt-get install gphotofs
# gphotofs /votrerepertoire -o allow_other

Il se peut qu'il faille attendre un certain temps avant que la connexion ne s'établisse.

3.3 Liseuse

Voici le comportement du périphérique Sony Reader PRS-T2 (2012) lors d'une connexion avec GNU/Linux Debian Wheezy:

Les formats «epub» et «texte simple» (fichiers .epub et .txt) sont les plus pratiques: le texte remplit la page, et l'on passe à la suite d'un mouvement latéral de droite à gauche avec un doigt (de gauche à droite pour revenir à la portion de texte précédente). Le bouton texte permet de choisir entre quelques polices de caractère et leur hauteur, d'activer le mode «manuscrit» (graffitis sur le document sauvegardés dans unn fichier à part) et de lire les textes en mode «paysage» (en largeur) avec Plus » Orientation. La différence entre les fichiers .epub et .txt est que le premier format gère les enrichissements de texte. Il est possible de transformer beaucoup de types de fichiers en format .epub avec le logiciel Calibre.

Le format Adobe (fichiers .pdf) est également lu. Ceux constitués de textes (d'autres sont un assemblage d'images de pages) peuvent être reformatés, mais un retour chariot semble inévitable à la fin de chaque ligne et ce mode est assez lent. Les pdf peuvent être lus selon les pages originale du document, mais les caractères sont alors assez petits. Agrandir le texte en mode paysage peut signifier naviguer dans chaque page de gauche à droite, et de toute façon de haut en bas. C'est lisible, mais pas très pratique.

Les documents .doc peuvent paraît-il être lus dans certaines conditions, .odt jamais.

Les fichiers HTML ne sont pas lus, pas même par le navigateur intégré qui ne s'intéresse qu'à Internet. Firefox peut sauvegarder une page dans un fichier à imprimer (choisir le format pdf)  LibreOffice peut charge une page html et l'exorter en pdf.

Le périphérique PRS-T2 peut lire les images .png, .jpg et .gif

4. Pointeurs graphiques

Les pointeurs sont reconnus de façon de plus en plus automatique: il est possible que vous ne deviez pas vous en préoccuper. En effet, libgii1 (bibliothèque General Input Interface) contient les pilotes des matériels les plus génériques: claviers, souris, joystick...

Plusieurs pointeurs peuvent cohabiter tant que vous n'en utilisez qu'un à la fois. Attention: un stylet ou une pièce métallique déposée sur une tablette graphique peut empêcher la souris ou le touchpad de prendre la main.

4.1 Souris

Pour mémoire, les anciennes souris fonctionnaient avec le pilote mouse ; les "séries" sur le port /dev/ttyS0; les PS/2, sur /dev/psaux (petit connecteur rond). Les souris USB avec roulette nécessitaient en ces temps anciens le driver mice et le protocole ImPS/2.

La configuration de KDE4 ni GNOME à partir de squeeze n'évoque plus du tout la souris. Sur LinuxMint Debian Edition, xserver-xorg-input-mouse n'est même pas installé.

Il existe le paquetage imwheels pour gérer certaines souris avec boutons supplémentaires.

De façon générale, les souris habituelle (laser) sont automatiquement reconnues par un système GNU/Linux

4.2 Pavé tactile

Depuis etch, le pavé tactile (touchpad) d'un portable est normalement reconnu comme pointeur avec toutes les fonctionnalités – dont l'emulation le défilement vertical) en longeant le bord droit du touchpad – grâce à l'activation automatique de xserver-xorg-input-synaptics.

Avec Sarge, il avait fallu désactiver USB BIOS Legacy Support du portable Minote/Clevo M375S (contrairement au conseil du BIOS). Le port est /dev/psaux/ et le pilote ImPS/2, comme pour une souris USB. Avec xfree86, suEn mode super-utilisateur: su [Enter] apt-get install xfree86-driver-synaptics tpconfig et modifier /etc/X11/XF86Config-4 selon les indications de l'article www.bxlug.be/articles/243.

4.3 Tablette graphique

Le paquet xserver-xorg-input-wacom prend en charge les tablettes Wacom d'entrée de gamme, comme Bamboo. Comme il est installé d'origine dans LinuxMint Debian Edition, il a suffit de la brancher pour utiliser ce périphérique de pointage graphique dans le bureau. Dans Gimp, il est possible de paramétrer les boutons et les niveaux de pression dans Édition » Préférences » Périphérique d'Entrée.

Sans offrir les nombreuses fonctions de Gimp, MyPaint semble plus adapté au dessin à l'aide d'une tablette graphique. Wheezy ne connaît que la version 1.0.0, alors que la 1.1.0 (à compiler) existe depuis fin 2012 et apporte quelques améliorations, comme des courbes et ellipses.

D'autres applications fonctionnent également avec ce périphérique, comme Inkscape (dessin vectoriel), CellWriter (reconnais­sance d'écriture) et Xournal (annota­tions sur pdf).

Attention: l'utilisation des modèles Intuos, Graphire et Cintiq nécessitera peut-être une compilation d'un nouveau pilote, voir cette page

5. Imprimantes

Si le serveur d'impression n'a pas été installé avec le système, il faut charger (cups remplace cupsys depuis Debian 5.0 Lenny):

suEn mode super-utilisateur: su [Enter] apt-get install cups foomatic-db foomatic-engine

Dans KDE, on configure l'imprimante dans Menu» Configuration» Imprimantes, onglet Ajouter -> Ajouter une imprimante/classe et suivre le décours du paramétrage. Un autre accès à cette configuration se situe dans les périphériques du centre de configuration KDE.

Il peut être intéressant de configurer l'impression avec l'onglet Imprimante» configurer (format de papier, qualité brouillon, marges...)

Attention: il est possible que le mot de passe super-utilisateur soit demandé, mais que la fenêtre de login soit cachée par la fenêtre principale. Pour permettre à l'utilisateur toto de paramétrer l'imprimante sans devoir saisir le mot de passe superutilisateur, ajouter toto au groupe lpadmin avec suEn mode super-utilisateur: su [Enter] addgroup toto lpadmin

5.1 Imprimantes HP Deskjet

La configuration suivant l'installation d'un paquet pnm2ppa permet de choisir son modèle:

suEn mode super-utilisateur: su [Enter] apt-get install pnm2ppa

Pour repréciser le choix: suEn mode super-utilisateur: su [Enter] dpkg-reconfigure pnm2ppa

5.2 Imprimante HP LaserJet 1018 (avec Internet!)

Une façon simple est de lancer (Debian Jessie) la commande hp-setup du paquet hplip et de répondre aux questions (paquet system-config-printer installé):

suEn mode super-utilisateur: su [Enter] hp-setup -i
  1. choix USB, réseau ou port parallèle: choisir USB
  2. téléchargement automatique ou désignation de l'emplacement d'un pilote
  3. accepter la licence
  4. confirmer la location drv:///hpcups.drv/hp-laserjet_1018.ppd
  5. entrer une étiquette d'imprimante (par ex. HP ou LJ1018)
  6. ajouter une description (par ex. HP LaserJet 1018)
  7. impression éventuelle d'une page de test

Il peut y avoir un message d'erreur concernant l'interface graphique

Il existe maintenant hplib-gui qui offre une interface graphique basée sur Qt4. L'onglet Upgrade renvoie à la page http://hplipopensource.com/hplip-web/install/manual/distros/debian.html qui conseille (pour Debian 7.0 mais cela a fonctionné pour Jessie testing):

# apt-get update
# apt-get install --force-yes -y avahi-utils libcups2 libcups2-dev cups-bsd cups-client libcupsimage2 libcupsimage2-dev libdbus-1-dev g++ ghostscript ghostscript-cups ghostscript-x libssl-dev libjpeg8-dev libsnmp-dev libc6 libtool libusb-1.0.0-dev make wget python-imaging policykit-1 policykit-1-gnome python-qt4 python-qt4-dbus python-dbus python-gobject python-dev python-notify python python-reportlab sane libsane-dev sane-utils xsane

Pour mémoire, jusqu'à wheezy (testing):

Avec Debian/Squeeze, l'imprimante HP1018 fonctionne parfois avec le pilote fourni par le système, même si un pilote externe est demandé lors du branchement de l'imprimante. Néanmoins, il est parfois nécessaire de supprimer l'icone du périphérique (Système » Administration » Impression) et la réinstaller après ce qui est expliqué ci-après.

Cette manip devrait également fonctionner pour les imprimantes suivantes: HP LaserJet 1000, HP LaserJet 1005, HP LaserJet 1020, Minolta 2200, Minolta 2300, Minolta 2430 et Minolta Color PageWorks/Pro L. D'autres supports sur foo2zjs.rkkda.com

Il est nécessaire de produire un firmware qui devra être envoyé à l'imprimante à chaque fois qu'elle aura été éteinte. Une compilation sera nécessaire. Il faut installer les logiciels de développement:

Récupérer le fichier foo2zjs.tar.gz à l'adresse http://foo2zjs.rkkda.com, qui donne quelques explications. Décompresser le fichier: tar -zxf foo2zjs, entrer dans le répertoire créé: cd foo2zjs et préparer l'installation: make.

Récupérer un fichier par Internet (alternativement: 1000, 1005, 1020, 2200, 2300, 2430 et cpwl):

./getweb.in 1018

Installer avec suEn mode super-utilisateur: su [Enter] make install et relancer CUPS avec suEn mode super-utilisateur: su [Enter] make cups

Charger le firmware sur l'imprimante: # cat /usr/share/foo2zjs/firmware/sihp1018.dl > /dev/usb/lp0

"Créer" son imprimante avec Configuration -> Périphériques -> Imprimantes...

Note: il devrait être possible d'automatiser le chargement au lancement du PC à partir de /etc/init.d ou /etc/rc.d... ou au branchement de l'imprimante avec hotplug. Une solution pas trop technique est de créer un fichier texte (nommons-le hp):

#! /bin/bash
cat /usr/share/foo2zjs/firmware/sihp1018.dl > /dev/usb/lp0

et puis de le rendre exécutable:

chmod 755 hp

Sous KDE, il suffit de glisser-copier l'icone de ce fichier vers la barre de tâche et de le lancer à la demande.

Il faudra bien sûr par la suite configurer l'imprimante comme indiqué plus haut.

6. Scanner et reconnaissance de caractères

6.1 Scanner (mode USB)

suEn mode super-utilisateur: su [Enter] apt-get install xsane

Pour Sarge, certains scanners trop neufs n'étaient pas disponibles, il fallait récupérer et compiler les sources sanebackends (quelque chose comme sanebackends-1.0.18.tar.gz). Dans Etch et Lenny, le paquetage libsane-extras contient des pilotes non inclus dans libsane: epkowa (quelques scanners EPSON), geniusvp2 (Genius ColorPage-Vivid Pro II), hp_rts88xx (HP ScanJet 4400C, HP ScanJet 4470C), ls5000 (Nikon LS5000 ED, Coolscan 5000 ED)

En ligne de commande

Le paquetage sane-utils contient les utilitaires en mode texte sane-find-scanner et scanimage -L , qui détecte les scanners. À réaliser en simple utilisateur, puis en super-utilisateur si nécessaire.

sane-find-scanner cherche les scanners sur les ports SCSI ou USB, et généralement pas le port parallèle; les scanner sur port parallèle ne sont pas souvent reconnus par GNU/Linux. Ils ont heureusement tendance à disparaître.

found USB scanner (vendor=0x04a9 [Canon], product=0x2220 [CanoScan], chip=LM9832/3) at libusb:001:003

scanimage -L donne une ligne décrivant le périphérique:

device `plustek:libusb:001:003' is a Canon CanoScan LiDE25 flatbed scanner

Les deux lignes retournées ci-dessus indiquent qu'un descripteur de périphérique /dev/bus/usb/002/003 devrait exister.

ls -l /dev/bus/usb/001/003 nous retourne effectivement

crw-rw-r-- 1 root scanner 189, 2 sep 15 11:53 /dev/bus/usb/001/003

scanimage > fichier numérise l'image dans différents format. Essayez man scanimage pour plus d'informations.

xsane ne reconnaît pas toujours le périphérique. Il s'agit le plus souvent d'une question de droits, il suffit alors d'ajouter l'identificateur de chaque utilisateur à la ligne du fichier /etc/group contenant scanner:

...
scanner:x:111:toto,boema,bompa
...

Cela se fait aisément par la commande:

suEn mode super-utilisateur: su [Enter] addgroup toto scanner

Pour une numérisation grossière permettant de visualiser le document afin d'en sélectionner une plage: Menu Fenêtre -> Aperçu

Note:

Attention: un scanner sans aimentation extérieure nécessite un port USB suffisant en terme d'alimentation ; tous les ports ne dispense pas une puissance suffisante.

6.2 Reconnaissance de caractères

gocr

Pour numériser un texte imprimé, il faut installer un logiciel, par exemple gocr

suEn mode super-utilisateur: su [Enter] apt-get install gocr

et vérifier les paramètres dans Xsane dans Préférence » Configuration » OCR, avec Commande d'OCR: gocr ; Options d'entrée: -i ; Options de sortie: -o et GUI output fd: -x.

La reconnaissance de caractères ne fonctionnera de façon optimale qu'avec une résolution assez grande: 400, et mieux encore, 600 pixels par pouce en noir&blanc. Lorsque le texte est scanné, la fenêtre visionneuse s'ouvre. Appuyez sur l'icone [ABC/DEF].

Les résultats sont donnés au format UTF-8, le format universel.

gocr -i image.pnm -o sortie.txt en ligne de commande

tesseract

Le paquet tesseract-ocr (et un paquet linguistique, comme tesseract-ocr-fra) permet la numérisation d'images noir&blanc comme .bmp ou .tif non compressées.

tesseract votre-image.tif sortie -l fra

sortie est le fichier .txt qui sera produit, extension .txt ajoutée; -l fra précise que texte de sortie est français (optimisation de l'orthographe). Il existe (Debian Wheezy) plus de 60 paquets linguistiques, notamment pour le chinois, le japonais, l'arabe, l'hébreu, plusieurs langues d'Inde...

Comparaison de gocr et tesseract

tesseract parvient mieux à séparer les lettres collées alors que gocr tend à les ignorer; ce dernier est plus pratique, puisqu'il ne faut pas sauvegarder l'image au format .tif pour ensuite la traiter à la ligne de commande.

Numérisation de textes sur papier granuleux ou jauni

Si votre papier est granuleux et/ou jauni, comme celui d'un article de vieux journal, la reconnais­sance de caractère sera plus délicate. Voici une façon de procéder:

7. Lecteur de carte d'identité belge (Debian!)

Testé en Jessie avec Mate-desktop et KDE.

La première chose à faire est de récupérer un tout petit paquet .deb eid-archive.deb pour l'installer (en mode super-utilisateur):

suEn mode super-utilisateur: su [Enter] dpkg -i eid-archive_2015.1_all_tcm226-259783.deb

Notez que la partie numérique du nom varie avec le temps. Cela permet d'installer un nouveau dépôt pour apt-get:

suEn mode super-utilisateur: su [Enter] ap-get update

Deux paquets sont donc à télécharger par la voie habituelle: synaptic ou apt-get:

suEn mode super-utilisateur: su [Enter] apt-get install eid-viewer eid-mw

l'installation du paquet, en nécessite d'autres, pcscd, libacr38u, libccid qui concernent beaucoup d'appareils (protocole des puces ACR38U et CCID), ainsi qu'une application permettant de lire la partie électronique des cartes d'identité.

Internet

Il existe le module eID Belgium pour FireFox et dérivés (IceWeasel pour Debian), qui permet de s'identifier sur Internet.

8. Palm pilot (pour mémoire)

Raccorder un Palm Pilot (Tungsten, Zire et m50x; compatibles: Visor, Clié, Handera, TRGPro...?) à un PC par port série ou USB permet de sauver les données ou restaurer celles qui y ont été introduites.

Lancer l'application HotSync sur le Palm, puis paramétrer la connexion par Menu » Config. Connexion » Nouv. Choisir Se connecter au PC via Station/Câble. Il faudra lancer la synchronisation d'abord sur le périphérique avant de la lancer sur le PC.

8.1 Pilot en connexion série

Les programmes de communication qui se connectent au Palm-Pilot par le port série RS232 recherchent parfois /dev/pilot. On crée alors un lien symbolique /dev/pilot qui renverra vers /dev/ttySn, où n est un chiffre de 0 à 3 pour les connecteurs connus sous Windows et Atari comme COM1, COM2, COM3 ou COM4. Pour relier l'appareil à la deuxième connexion série (si par exemple la souris occupe la première):

suEn mode super-utilisateur: su [Enter] ln -s /dev/tty1 /dev/pilot

Une fois ce lien créé, il ne sera plus à refaire. Pour le visualiser:

ls -l /dev/pilot

8.2 Pilot en connexion USB

Charger le module visor:

suEn mode super-utilisateur: su [Enter] modprobe visor

Celui-ci utilise le module usbserial, qui sera chargé s'il ne l'est déjà. lsmod | grep visor permet de s'assurer qu'ils sont bien présents, ainsi que usbcore. Pour automatiser le chargement de ces modules lors du boot, on ajoute leur nom (dans l'ordre: usbserial, puis visor) dans /etc/modules (Debian).

S'il faut créer les descripteurs de périphériques USB et obtenir les droits de lecture et d'écriture:

suEn mode super-utilisateur: su [Enter] mknod /dev/ttyUSB0 c 188 0
suEn mode super-utilisateur: su [Enter] mknod /dev/ttyUSB1 c 188 1
suEn mode super-utilisateur: su [Enter] chmod 666 /dev/ttyUSB*

8.3 Connexion avec pilot-xfer (console)

Testé avec PalmIIIxe (RS232) et Tungsten E (USB)

Depuis 2004, le logiciel en ligne de commande pilot-xfer est distribué avec le paquet pilot-link, une suite pour Palm et compatibles, comprenant aussi d'autres services. Si le répertoire /home/toto/palm existent, on réalise un backup (du périphérique vers le répertoire palm du PC):

pilot-xfer -b /home/toto/palm

En cas de perte de fichiers sur le périphérique, on restaure les fichiers, du PC vers le périphérique:

pilot-xfer -r /home/toto/palm

man pilot-link pour d'autres commandes, comme l'import/export de données sous forme de texte

Auparavant, pilot-xfer cherchait le périphérique /dev/pilot. Il suffisait de créer un des liens symboliques:

ln -s /dev/ttyUSB1 /dev/pilot
ln -s /dev/ttyS0 /dev/pilot

Il est possible qu'il faille maintenant préciser le pilote dans la commande:

pilot-xfer -p /dev/ttyUSB1 -b ~/palm

8.4 Connexion avec kpilot

Testé avec Tungsten E, devrait fonctionner avec Visor, Clié, Zire et m50x

Actuellement, il ne faut plus créer les descripteurs /dev/ttyUSB0 et 1, le logiciel le fait de lui-même. Lancer l'assistant de configuration qui permet de rechercher le périphérique. Il peut être intéressant de configurer les barres d'outil et d'y faire apparaître les afficheurs de carnet d'adresses, de mémos et autres databases.

La sauvegarde de l'utilisateur "toto" se situe à l'adresse

/home/toto/.kde/share/apps/kpilot/DBBackup/toto

Le premier menu "Fichiers" donne les modes de synchronisation (échange de données entre le périphérique et le PC):

Le second menu est surtout intéressant pour Configuration/Configurer Kpilot:

Par ailleurs, kpilot permet d'importer un fichier texte comme mémo, ou d'exporter un mémo en fichier texte: positionner l'onglet "Afficheur de mémo".